Historique

L’application de la géostatistique à des cas de pollutions de sites industriels fait l’objet de communications scientifiques depuis le début des années quatre-vingt. Comparées aux techniques d’interpolation classiques, les méthodes géostatistiques présentent une valeur ajoutée importante :

  • cartographie des teneurs en polluants en place intégrant la nature physique du phénomène,
  • quantification du terme source de pollution dans le cas d’une contamination possible de nappe,
  • estimation de quantités de terres nécessitant une dépollution,
  • et par suite évaluation d’un budget de dépollution, tout en tenant compte de l’incertitude d’estimation.

 

Elles permettent de diminuer les coûts d’investigation en intégrant des informations indirectes dans les estimations (données géologiques, géophysiques, relatives à d’autres substances, organoleptiques, etc.). Utilisée à bon escient, la géostatistique fournit aussi des outils précieux pour l’optimisation des phases essentielles que sont :

  • l’échantillonnage,
  • le tri sélectif de terres à dépolluer,
  • ou bien encore le contrôle de l’état de contamination résiduelle d’un site après dépollution.

 

En Europe, et notamment en France, l’utilisation de ces méthodes reste pourtant marginale dans le domaine des sites et sols pollués.

Dans un tel contexte, il est apparu intéressant de susciter une réflexion sur les possibilités pratiques offertes par la géostatistique dans la gestion des sites et sols pollués, en organisant un groupe de travail national sur ce thème.

La vocation de ce groupe, baptisé GeoSiPol, est triple :

  • Faire connaître et reconnaître l’intérêt pratique et la pertinence de la géostatistique pour le diagnostic et la dépollution de sites contaminés,
  • Donner accès à la géostatistique à un plus grand nombre de praticiens, auprès de bureaux d’étude et de sociétés de dépollution : vers l’établissement et la validation « d’approches standards » définies par rapport à des objectifs d’étude simples et précis,
  • Fournir aux Autorités environnementales les éléments d’information et les conditions pour une intégration possible de la géostatistique dans la méthodologie nationale.

 

GeoSiPol s’est juridiquement constitué en association Loi 1901 créée en juin 2004. Outre les membres experts à l’origine du projet (MINESParisTechKIDOVAGEOVARIANCES), elle comprend :

  • des institutionnels (ADEMEINERIS),
  • des bureaux d’études,
  • des industriels concernés par la gestion des sites et sols pollués.

 

L’élaboration de fiches techniques sur quatre thèmes jugés prioritaires par les membres adhérents constitue la première action de GeoSiPol :

  • Comment passer des analyses chimiques à la cartographie des teneurs en polluant ?
  • Comment délimiter et quantifier les zones à dépolluer
  • Comment intégrer toute l’information, de l’historique aux analyses sur site ?
  • Quel est l’apport de la géostatistique à l’échantillonnage des sites pollués ?

Ces documents ont été co-écrits par les membres experts en collaboration avec les autres membres du groupe. Les fiches techniques sont présentées de manière synthétique sous forme de recto-verso.

Les commentaires sont fermés.